Le bruxisme concerne autant les enfants que les adultes. Il peut se manifester la journée ou la nuit. Lorsqu’il est diurne, la personne est consciente de la pression qu’elle exerce sur ses dents. La volonté suffit donc à détendre la mâchoire. Mais dans 80 % des cas, le bruxisme est nocturne et cela pose davantage de problèmes. En effet, le « bruxomane » n’a pas conscience de sa crispation mandibulaire. On distingue deux types de bruxisme. Lorsque la personne exerce une pression sans frottements, le bruxisme est dit « centré ». Si les pressions de la mâchoire sont accompagnées de grincements de dents, on parle de bruxisme « excentré ».

Des conséquences lourdes

Lorsqu’il est chronique, le grincement des dents provoque de graves dommages sur la dentition et sur la mâchoire. Les conséquences sur les dents sont l’usure, pouvant aller jusqu’à l’atteinte des nerfs voire une fracture de la dent. Survient alors une sensibilité accrue aux aliments acides ou sucrés et aux changements de température. Les gencives et la mâchoire peuvent elles-aussi subir des modifications résultant d’une adaptation aux pressions exercées. Dans les cas les plus sévères, cela peut même changer l’apparence du visage.

Limiter les effets du bruxisme

A ce jour, il n’existe pas de solution pour agir sur la cause du bruxisme. Les traitements proposés visent donc à réduire les frottements pour en limiter les effets nuisibles. Le chirurgien-dentiste peut aujourd’hui proposer la confection d’une gouttière nocturne afin de protéger les dents en empêchant les mâchoires de se toucher.